Afrique, Politique

Nana Akufo-Addo a  prêté serment ce samedi comme nouveau président du Ghana, après avoir battu le chef de l’Etat sortant John Dramani Mahama lors de l’élection présidentielle du 7 décembre.


Ancien défenseur des droits de l’Homme, âgé de 72 ans, M. Akufo-Addo a été investi lors d’une cérémonie au square de l’Indépendance, dans le centre d’Accra, devant plus de 6.000 invités composé de Présidents, d’anciens présidents du Ghana, de personnalités politico administratives et bien entendu des spectateurs. .

La victoire électorale de M. Akufo-Addo et la transition pacifique du pouvoir ont renforcé l’image du Ghana, perçu comme un modèle de stabilité dans une région souvent turbulente.

Le nouveau président élu avait déclaré à l’AFP que les dirigeants qui souhaitaient rester en fonction à tout prix « naviguaient à contre-courant de l’Histoire ».

La présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, au nom des chefs d’Etat de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest félicite le président et le peuple ghanéen : « Vous, Ghanéens, vous nous avez rendus fiers, nous avons besoin de votre créativité et votre talent… ».

 
M. Akufo-Addo a promis de remettre le Ghana « sur la voie du progrès et de la prospérité », après une crise économique qui avait conduit son prédécesseur à solliciter un plan de sauvetage du Fonds monétaire international (FMI).

Cette semaine, M. Mahama a défendu son mandat, affirmant qu’il avait dû « naviguer contre de puissants vents contraires » ayant entraîné un ralentissement de la croissance, une explosion de la dette publique et une baisse de la monnaie.

Le président sortant a cependant encouragé les Ghanéens à se rassembler derrière M. Akufo-Addo, avant de faire visiter à son ancien rival le palais présidentiel, Flagstaff House.

B.B