Afrique, Politique, Société

La présente chronique a dix ans. Le décès de l’ancien Président, Emile Derlin Zinsou la remet au goût du jour. Elle apporte, en manière d’hommage, un éclairage sur l’exceptionnelle longévité politique de l’homme. Peu de Béninois savent qu’il est médecin. Un jeune compatriote le créditait d’un doctorat en sciences politiques.

Le Président Emile Derlin Zinsou a été un témoin, un acteur de tout premier plan tant en ce qui concerne l’éveil politique des consciences, la lutte émancipatrice de nos populations, alors sous le joug colonial, que pour la construction du continent sous les soleils des indépendances.

Au moment où de nouvelles générations de jeunes politiques se bousculent dans l’antichambre du pouvoir, il est bon de proposer à la réflexion des parcours politiques singuliers. Celui du Président Emile Derlin Zinsou, l’une des figures marquantes de notre histoire politique, en fut un. Qu’est-ce qui explique l’exceptionnelle longévité politique de cet homme ?

Premier élément de réponse. Dans la foule des amateurs en politique, le Président Emile Derlin Zinsou s’est illustré d’emblée comme un professionnel. Il entra en politique comme d’autres entrent en religion. Chez les Zinsou, allusion au Papa Bodé Zinsou, la politique était un héritage qui se transmettait de père en fils. Et c’est parce que le Président Emile Derlin Zinsou a tout sacrifié à sa passion qu’il a été plus politicien que médecin, plus gladiateur, bien en place dans l’arène, qu’ancien combattant, s’abandonnant à contempler, avec nostalgie, sa collection de médailles et de galons. Le professionnalisme, nous semble-t-il, est la toute première réponse à la longévité politique du président Emile Derlin Zinsou.

Deuxième élément de réponse. Le Président Emile Derlin Zinsou ne s’est jamais présenté sous la bannière d’aucune  idéologie politique particulière. Peut-être sent-il d’instinct, la vanité, la vacuité des idéologies notamment de celles qui s’ordonnent en des systèmes clos et totalitaires. On peut, sur la foi de son discours et de sa pratique politiques, définir l’homme comme un patriote. Voici la définition que donne du patriote le dictionnaire  » Celui qui aime sa patrie et la sert avec dévouement ».

L’opposition du Président Emile Derlin Zinsou au régime des révolutionnaires, dans les années de braise du marxisme-léninisme, prenait sa source dans ce patriotisme. En porte témoignage son ouvrage écrit en exil dans les années 80, alors qu’il était condamné à mort dans son pays.

Contre le marxisme-léninisme, il opposait une démocratie sociale libératrice des initiatives individuelles et communautaires. L’ouvrage projetait, en fait, la vision politique de son auteur, face aux chants de sirènes du marxisme-léninisme, une idéologie d’emprunt souvent mal assimilée par la plupart de ses ardents défenseurs. Quand il arriva au pouvoir en 1968, son fonds de commerce exclusif contre les militaires qui cherchaient à l’instrumentaliser, contre les syndicalistes qui cherchaient à le momifier vivant, ce fut son patriotisme.

Le patriotisme est la seconde explication à la longévité   politique du Président Emile Derlin Zinsou. Il balise son itinéraire, son parcours. Il lui assure, sur le plan des idées et de l’action, constance et cohérence.

Troisième élément de réponse. Le patriotisme du Président Emile Derlin Zinsou ne l’enferme ni dans un terroir donné, ni dans un pays en particulier. L’homme est un panafricain convaincu. Du Rassemblement démocratique africain (RDA) au Parti du regroupement africain (PRA), en passant par l’expérience de la Fédération du Mali, l’homme a compris, de bonne heure, qu’il n’est de salut pour le Bénin que dans des ensembles plus larges et mieux structurés. Comme ministre des Affaires étrangères de son pays, il s’est souvent fait le brillant avocat d’une Afrique sans frontières et rassemblée. Un tel engagement a maintenu présent le Président Emile Derlin Zinsou au cœur des enjeux transnationaux actuels, telle, par exemple, la francophonie. Il manqua d’en être le premier président exécutif. L’esprit d’ouverture, l’engagement internationaliste est la troisième explication à la longévité politique du Président Emile Derlin Zinsou.

A l’heure du Requiem et des adieux, Capp Fm, votre radio, présente à la famille Zinsou ses sincères condoléances. Hommage déférent du personnel et des auditeurs de Capp Fm à l’illustre disparu.

Jérôme Carlos

La chronique du jour du 2 août 2016