Politique

Mgistrats

L’actualité nationale est agitée depuis quelques jours par l’élection d’Anjorin Moucharafou malgré une ordonnance interdisant la tenue du congrès électif. Face à ce passage en force, l’Unamab (Union nationale des magistrats du Bénin) appelle le gouvernement de la rupture à prendre des mesures idoines. Le vendredi 17 juin dernier à la Cour d’appel de Cotonou, le bureau exécutif de l’Unamab a tenu un point de presse pour clarifier sa position face à ce sujet. Pour Michel Adjaka, président de l’Unamab, le gouvernement de la rupture a préféré, en violation des articles 59 et 127 de la constitution du 11 décembre 1990, cautionné la violation d’une décision de justice, au lieu de prêter main-forte à l’ordonnance rendue par le tribunal. Pour le porte-parole de l’Unamab, Mario Elonm Metonou, cette attitude du gouvernement traduit un grave mépris pour le principe de séparation des pouvoirs et paraît surprenante lorsque l’on sait que le régime actuel a fait la promesse de renforcer le pouvoir judiciaire. Pour finir l’Unamab prend à témoin l’opinion publique nationale et internationale sur les risques de dérives que recèle le comportement du gouvernement