Accès aux services financiers : Le Bénin classé 1er en inclusion financière dans l’UEMOA

0
398

Dans un rapport publié le 22 décembre 2021, la BCEAO a fait le point de la situation de l’inclusion financière dans les Etats membres de l’UEMOA, au cours de l’année 2020, en analysant l’évolution des sept indicateurs retenus par la Banque Centrale. Ceux-ci sont regroupés autour de trois dimensions de l’inclusion financière, à savoir « l’accès », « l’utilisation » et « l’accessibilité-prix ».
Avec un taux d’inclusion financière de 82,4%, le Bénin se hisse devant le Togo (81,6%), la Côte d’Ivoire (79,1%) le Sénégal (75,6%) et le Burkina Faso (75,4%), selon le rapport 2020 de la BCEAO sur l’état de l’inclusion financière. Le rapport indique une meilleure proximité entre les services financiers et les populations béninoises. Différentes initiatives ont été menées au niveau des Etats pour le renforcement de l’inclusion financière. Au Bénin, il s’agit de la mise en place de l’Observatoire de la Qualité des Services Financiers (OQSF) par décret n°2020-291 du 3 juin 2020. « Cette structure a pour mission d’encourager les populations et les PME à recourir davantage au système financier et de restaurer leur confiance à l’endroit des services financiers. Le champ d’intervention de l’OQSF concerne les produits et services financiers de détail ainsi que les relations entre institutions financières, consommateurs et petites et moyennes entreprises (PME). Le Bénin devient ainsi, après le Sénégal en 2009 et la Côte d’Ivoire en 2016, le troisième pays de l’Union à se doter d’une telle structure.
Par ailleurs, le processus d’élaboration de la stratégie nationale d’inclusion financière s’est poursuivi au cours de l’année 2020. A cet égard, une task-force a été mise en place au niveau du ministère en charge du plan et du développement. Les autorités ont également mobilisé les ressources financières nécessaires à son élaboration. En outre, le Fonds National de la Microfinance (FNM) a apporté des innovations dans son programme, à travers la dématérialisation des décaissements des prêts et leur remboursement, en mettant l’accent sur l’utilisation de la monnaie électronique. Enfin, une quinzaine de l’assainissement du secteur de la microfinance a été organisée en novembre 2020 par le Comité de Stabilité Financière et d’Assainissement du Secteur de la Microfinance (CSFASM) », indique le rapport. Il est noté dans l’espace de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), « Plus de proximité des services financiers vis-à-vis des populations et un meilleur maillage en points de services financiers, du fait notamment de l’augmentation des points de distribution des services financiers via la téléphonie͕ mobile », selon le rapport 2020 de la BCEAO sur l’inclusion financière.
M. M.