Le syndicaliste Laurent Mètongnon poursuit le combat aux côtés de ses camarades de lutte après sa sortie de prison.

Laurent Mètongnon aux côtés de ses camarades de lutte. Il a été reçu par ses pairs, jeudi 24 novembre dernier, à la bourse du travail de Cotonou.
« Depuis la prison, j’ai appris que vous allez en souffrir, mais vous n’y pouvez rien. Mais je constate que vous pouvez beaucoup de choses », a déclaré le syndicaliste.

Selon Laurent Mètongnon, les syndicalistes avaient déjà parlé « des lois scélérates en 2017 ». Lorsque nous étions au sit-in à Porto-Novo, poursuit-il, nous n’étions pas des visionnaires. « Mais tout ce qui arrive aujourd’hui, les secteurs vitaux qui vont tomber dans l’escarcelle d’un groupe ; nous l’avions dit et nous avions également fait une proposition », a ajouté Laurent Mètongnon.

Au micro de Crystal news, le syndicaliste affirme qu’en « dehors de ceux que nous pouvons appeler détenus politiques, il y a des jeunes qui n’ont pas leur place en prison ». « Nous devons continuer toujours de demander et d’exiger qu’ils (exilés, ndlr) reviennent au pays. Nous avons besoin de tous ceux-là pour la construction de notre pays », a-t-il ajouté.

L’ex-président du Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est sorti de prison mercredi 23 novembre 2022. Il avait été condamné dans une affaire de rétro-commissions liées au placement des fonds de la CNSS à la Banque internationale du Bénin (BIBE).

Akpédjé Ayosso