Le député Nouhoum BIDA du parti Républicain était l’invité de l’émission « Forum politique » du mercredi 06 février 2019. Sur la radio Capp FM, l’élu de la 13ème circonscription électorale a opiné sur divers sujets d’actualité nationale notamment la réforme du système partisan, les législatives de 2019, l’affaire Icc services et les réformes du gouvernement Talon.

L’honorable Nouhoum Bida est fier de compter au nombre des députés qui ont doté notre pays d’un nouveau code électoral. Il a fait remarquer que dans le cadre des élections législatives du 28 Avril prochain, la loi 2018-31 contraint les acteurs politiques à se discipliner. Aussi a-t-il félicité le Chef de l’Etat pour avoir lancé la réforme du système partisan. Avec cette réforme, a-t-il dit, « on n’aura plus d’hommes forts mais des institutions fortes ».

Par rapport à l’article 242 du code électoral qui suscite beaucoup de réactions, le natif de Djougou estime qu’il n’y a pas encore péril en la demeure. A l’en croire, cette disposition qui parle du mode de répartition des sièges ne souffre d’aucune ambiguïté. Il s’agit plutôt d’une innovation dont la mise en application fera du député un vrai élu de la nation. Toute chose qui contribuerait à lutter contre le régionalisme. A propos de la polémique qui a cours au sujet des 1000 francs à débourser pour l’établissement du premier duplicata de la carte d’électeur, l’invité de wilfrid AHOUASSOU s’est appuyé sur le code électoral pour démontrer l’incohérence de la décision du Cos Lépi.

La réouverture du procès de la rocambolesque affaire ICC – SERVICE n’a pas été non plus occultée. Pour le député, toute personne impliquée ou non dans ce dossier doit comparaitre devant la justice en vertu du principe selon lequel « nul n’est au-dessus de la loi ».

En ce qui concerne les reformes du gouvernement Talon, Nouhoum Bida les qualifie de courageuses. Selon lui, les béninois en verront bientôt les fruits. Il a expliqué que dans tous les pays du monde, les réformes qui conduisent au développement sont souvent difficiles à accepter par les citoyens. Pour autant, il a invité les béninois à la patience.

Prosper VONDJEHOUNKO

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici