Capp Fm : fan un jour, fou pour toujours

Mise en ligne par le 11 octobre 2018

 

Erigeons, ce jour,  un monument. Destinons-le à nos auditeurs. Ceux sur les voix desquelles nous pouvons mettre un nom. Ceux dont les voix sont à jamais éteintes. Ceux qui ne prêtent que leurs oreilles à Capp Fm. Tous, autant qu’ils sont, nous intéressent. Une radio sans auditeurs est une radio sans voix.

Nous avons rendu, la semaine dernière hommage à l’une de nos toutes premières auditrices, Mme Aurore Nicoué. Son engagement aux côtés de Capp Fm avait pris sa source dans le nom de la radio. Référence à Capp, « Centre africain de la pensée positive ». Sous une telle bannière, soutenait-elle, le Bénin bénéficiait d’un puissant levier pour son développement. Sa vision et son ambition pour Capp Fm lui ont survécu. A travers elle, hommage à tous nos auditeurs qui ne sont plus de ce monde.

Tournons-nous vers les vivants. Parlons d’auditeurs à la fois « fans et fous de Capp Fm ». La folie n’a pas toujours une connotation pathologique, négative. Erasme, un érudit de la Renaissance européenne, a immortalisé, en s’immortalisant lui-même, « l’Eloge de la folie », l’une de ses œuvres majeures. La folie créatrice, voilà le ressort puissant qui sous-tend toutes les grandes créations et réalisations. Un peu comme pour dire que pour poser des actes mémorables, il faut s’imposer d’être un peu fou. Cela revient à sortir des sentiers battus, à briser des habitudes consolidées, à écarter les dispositions convenues.

Passons en revue, en nous faisant pardonner d’en avoir oubliés, quelques auditeurs hors norme, des auditeurs phénoménaux par leur attachement à Capp Fm. Ils ont été et sont, pour votre radio, ce que nous désignons par l’expression «  fans un jour, fous pour toujours »

Commençons par cet auditeur, Monsieur Koublénou. Il passa à la radio, une fin d’après midi, comme une étoile filante. Juste le temps de nous faire don d’un petit groupe électrogène. Motif : il ne pouvait plus supporter les interruptions intempestives de sa radio préférée pour cause de délestage. Nous ne l’avons point revu depuis. Mais le souvenir de son beau geste ne disparaîtra plus du souvenir.

Par contre, cet auditeur-ci est archi connu : Zakari Egunléti, professeur d’anglais de son état. Capp Fm était encore au quartier JAK. Le hall d’entrée de la radio avait une toiture en tôles de zinc. C’était plus qu’un four en période de grande chaleur. Un plafond en bonne et due forme aurait changé la donne. Comme Zorro, Zakari arriva. Etait-ce un hasard que les prénoms des deux personnages commencent par Z ? Zakari  retroussa ses manches, bien décidé à relever ce qu’il tenait pour un défi.  Comment pouvait-on laisser sa radio préférée en cet état ? Joignant le geste à la parole, il fit venir, à ses frais, le matériel ainsi que le personnel qu’il faut. Au bout de quelques jours, par l’amour d’un fan et par l’action d’un fou de Capp Fm, le hall d’entrée de la radio étrennait un plafond flambant neuf.

Retenez le nom de Mme Aguiar, notre marraine bien aimée, institutrice à la retraite, une ancienne de l’Ecole des institutrices de Rufisque au Sénégal. Chaque semaine, elle venait témoigner son attachement à Capp Fm et son soutien à son personnel, les mains chargées de chocolats et de bonbons. Mais le poids de l’âge l’a obligée à espacer ses visites. Elle les a interrompues depuis, nous laissant orphelins. Mais rien n’arrête un  cœur aimant. Pascal n’avait pas dit autre chose :   « Le cœur à ses raisons… » Plusieurs points de suspension.

Norbert Koubla Kouassi, retraité de son état. Depuis des années, jusqu’au moment où nous écrivons ces lignes, dépose tous  les mois à Capp Fm, une rame de papier. « C’est, dit-il, chaque fois,  ma modeste contribution à vos efforts. Continuez. Vous  êtes sur la bonne voie »

Enfin, Don Métok. Saviez-vous les circonstances dans lesquelles il composa la chanson-culte à jamais attachée à nos « Ecureuils » ? En 2002 Capp Fm décida d’organiser un téléthon pour soutenir notre équipe nationale de football. Objectif visé, réunir 500 000 francs. A l’arrivée, nos auditeurs nous ont donné plus de 3 millions de francs. Et Don Métok de s’interroger : si une radio comme Capp Fm a pu faire cela, et moi alors ? « Allez les Ecureuil » était né. Si le cœur vous en dit, entonnons- le !

Jérôme Carlos

La chronique du jour du 11 octobre 2018


Les opinions du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *


CAPP FM 99.6

La radio du succès

Current track
TITLE
ARTIST