Claudine Talon se prononce sur la participation des femmes à l’Assemblée nationale

Mise en ligne par le 19 janvier 2018

Conférence parlementaire sur le renforcement de la participation des femmes à l’Assemblée nationale du Bénin
Golden Tulip hôtel, ce jeudi 18 janvier 2018
Discours de Mme Claudine Talon, Première Dame

Mesdames et Messieurs,
En découvrant le contenu de la lettre m’invitant à la présente conférence, j’ai été saisie d’un cocktail d’émotions plutôt rare:
Un mélange de fierté, de reconnaissance, de doute, de méfiance et d’espérance.
C’est en fait le sentiment que l’on éprouve, quand quelque chose que l’on désire de longue date, se trouve subitement à votre portée.

Monsieur le Président de l’A.N
Permettez-moi avant d’aller plus loin, de vous remercier et vous féliciter pour l’initiative et le thème de la présente conférence, dont l’objectif pourrait se résumer comme suit :
Grâce au nouveau code électoral que votera l’Assemblée Nationale avant la prochaine élection législative, le Bénin sortira de la catégorie honteuse des pays à parlement misogyne.

Mesdames et Messieurs
C’est en effet un réel plaisir pour moi de participer à la présente conférence dont le thème ne nécessite aucun débat, si ce n’est la recherche des dispositions les plus efficaces, pour corriger un phénomène hérité de l’organisation ancienne de la société humaine qui, au prétexte de la physiologie du genre mâle, a écarté la femme de la gestion de la cité.
Aujourd’hui, nos hommes savent que cette vision ancienne de la place de la femme, relève plutôt d’une ignorance semblable à celle qui faisait croire jadis, que la terre est plate et fixe, et que le soleil en fait le parcours de l’Est à l’Ouest.

Il n’y a pas de honte à corriger une faute ou remédier à une insuffisance qui ne relève pas de soi.
Établir d’autorité la parité, ou tout au moins une meilleure représentation des femmes au sein du parlement, sans attendre que celles-ci en fassent leur affaire elles-mêmes par la compétition, serait d’un mérite historique pour les auteurs.

La réserve, la timidité, le manque de confiance en soi, voire le sentiment de fatalité qui caractérisent les femmes face à la compétition politique, sont pareils aux facteurs qui inhibent leur capacité dans la vie en général, à cause des acquis historiques ou culturels.
Les hommes savent bien qu’une femme décomplexée est meilleure en intimité !

Mesdames et Messieurs
La société humaine en général et le Bénin en particulier, gagneront à voir davantage de femmes impliquées dans la gouvernance de la cité. À cette fin je vous exhorte chers participants à une seule conclusion à la fin de vos échanges :
Recommander à l’endroit des 83 honorables députés de la 7ème législature de notre pays, de voter avant le mois de Septembre de cette année 2018, un nouveau code électoral comportant une disposition positivement discriminatoire, au profit d’une représentation équitable de la femme au sein du parlement.
À l’instar du découpage géographique électoral qui permet une représentation équitable des diverses régions du Bénin au parlement, un découpage relatif aux genres, permettrait une représentation équitable des femmes au parlement, sans qu’il soit nécessaire de réviser notre Constitution.

Mesdames et Messieurs
Nous sommes tous à la quête d’une gouvernance efficace de notre pays dans tous ces compartiments, en vue d’un mieux-être pour chacun; or ce que femme veut et s’y engage, se réalise. Pourquoi donc, ne pas nous engager tous ensembles dans une démarche permettant d’impliquer davantage les femmes dans les appareils politiques!
Puisse le ciel nous l’accorder en cette année 2018, que je souhaite bonne et heureuse à chacun.

Merci pour votre attention.


Les opinions du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *


CAPP FM 99.6

La radio du succès

Current track
TITLE
ARTIST