Dialogue de Haut Niveau entre la Société Civile et les Diplomates

0
409

Dans le souci de fournir un espace permettant aux parties prenantes d’évaluer et de réagir régulièrement aux développements de l’espace civique et des droits de l’homme dans les contextes locaux, le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement(RFLD) en collaboration avec CIVICUS a organisé le Dialogue de Haut Niveau entre la Société Civile et les Diplomates. C’est la salle Donga de l’INFOSEC à Cotonou qui a servi de cadre pour ce dialogue qui a rassemblé les acteurs de défenses des droits de l’homme, les diplomates, les OSCs ce mercredi 16 Décembre 2020. Ce moment chaleureux organisé par RFLD est rendu possible grâce au soutien technique du Royaume des Pays-Bas, le soutien financier de CIVICUS et aussi grâce à l’accompagnement du partenaire local AB-Bénin.
Le programme concocté pour ce dialogue comprend la cérémonie d’ouverture, la présentation générale sur les droits de l’homme et l’espace civique au Bénin et aussi une dernière partie consacrée aux travaux de groupes autour des sous thèmes.
Dès l’entame des programmes du dialogue, nous avions connu un panel qui a lancé officiellement les activités. Ce panel est composé de Laurence AHISSOU Directrice de SID ONG représentant les participants, Joel NOUMONVI Président de l’AB-Bénin, John GBENAGNON Directeur des Programmes RFLD et Point focal CIVICUS pour l’atelier OSC-Diplomates et Son Excellence Madame To Tjoelker-Kleve Ambassadrice du Royaume des Pays-Bas au Bénin.

Au nom des participants, Laurence AHISSOU à sa prise de parole, a d’abord félicité le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement et en occurrence les différents partenaires qui ont œuvré aux côtés de ce dernier pour faire de cette séance d’échange une réalité. Elle n’a pas oublié à cet effet, de rassurer les différents partenaires sur la mise en applications des différents acquis assortis de ce moment de partage de connaissance. Pour finir, elle a appelé à une synergie d’actions entre différents acteurs intervenants dans le respect des droits humains.
John GBENAGNON, Directeur des Programmes RFLD quant à lui a situé sans langue de bois le contexte de la situation des droits de l’homme tout en rappelant que le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement(RFLD) et CIVICUS sont fermément résolus à promouvoir les droits de l’homme et la liberté des médias sous toutes ses formes. Il n’a pas fini son discours sans faire hommage aux différents partenaires grâce aux quels ce dialogue a été possible. Il a aussi rappelé que la société civile doit documenter où les restrictions se produisent, mais aussi travailler pour révéler les moteurs sous-jacents de la restriction, proposer un récit qui parle d’expansion et de création d’espaces significatifs et ouverts.
Durant le Dialogue entre Diplomates et Société Civile, l’Ambassadrice du Royaume des Pays Bas au Bénin S.E. Madame To Tjoelker-Kleve a rappelé que le Royaume est engagé pour soutenir la Société Civile pour un espace civique activé et à un échange permanent pour la défense des droits de l’homme. L’ambassadrice ayant pris la parole a d’abord salué l’initiative avant de rappeler à l’Etat, aux OSC et aux différents secteurs privés ce qu’il leur convient de faire en matière du respect des droits de l’homme et de l’espace civique. C’est sur ces mots que l’ambassadrice a déclaré ouverte cette séance d’échange entre les la Société Civile et les Diplomates.
À en croire la Présidente de l’UPMB madame Zakiath LATOUNDJI a débuté la deuxième partie du programme, la situation des droits de l’homme continue de faire face à beaucoup d’entraves. Elle n’était pas seule mais accompagnée du Monsieur Joel NOUMONVI autour du thème Présentation générale sur les droits de l’Homme et l’Espace Civique au Bénin.
La Présidente de l’UPMB Madame Zakiath Latoundji a rappelé que les libertés fondamentales permettent aux citoyen(e)s de se rassembler, de débattre, de s’organiser pour une action collective, de scruter les actions et de faire entendre leurs voix.
Le Président de AB BENIN Mr Joël Noumonvi a aussi rappelé qu’un test clé de toute démocratie devrait être l’existence d’un espace permettant aux militants de la société civile et aux défenseurs des droits de l’homme d’accomplir leur travail légitime.
Il faut noter que les participants, acteurs de la défense des droits de l’Homme regroupés dans trois ateliers ont travaillé sur trois sous-thèmes de discussions. Il s’agit de la situation des droits de l’Homme au Bénin, de la liberté de presse au Bénin et de la place du numérique dans le combat des défenseurs des droits humains. Après les travaux de groupe, le rapporteur de chaque a présenté l’état des lieux, les défis et les recommandations pouvant permettre de relever les défis soulignés au niveau de chaque sous-thème.

Martin A. HOUNTON

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here