Dialogue politique au Bénin: La révision de certains articles du code électoral s’impose

0
622

Dans le souci d’aplanir les divergences issues des dernières élections législatives, le chef de l’Etat, Patrice TALON, a convié les 09 partis politiques ayant une existence légale pour un dialogue politique de 3 jours du 10 au 12 Octobre. La première journée a été essentiellement consacrée au premier point de l’ordre du jour, à savoir, la relecture de la charte des partis politiques et du code électoral. Au cours des débats, les délégués de certaines formations politiques ont proposé une baisse de la caution de 249 millions de Fcfa, dans les proportions de ce qui s’applique dans les autres pays de la sous-région.

Les débats se sont également étendus , sur l’article 242 qui encadre le seuil de 10 % de suffrages requis avant toute attribution de sièges à l’assemblée nationale. Parlant du quitus fiscal, aucun grief n’a été enregistré quand à son exigence. Toutefois, dans un souci de célérité et dans le but de faciliter la tâche aux requérants, il a été retenu que les conditions de sa délivrance soient simplifiées. D’autres griefs ont été élevés quant à l’intangibilité des dossiers à la CENA, objet d’un des alinéas de l’article 46 du Code électoral. Sur cette question, des améliorations ont été formulées afin d’accorder aux différentes formations politiques, le droit de procéder à des corrections et réajustements au niveau des dossiers de candidatures après leur dépôt.

Ces correctifs devront toutefois être circonscrits dans un délai à définir par le législateur. En attendant les recommandations des trois jours de débats, on peut envisager que les lois électorales votées par la 7ème législature feront l’objet d’une révision.

Jandel Etienne GLESSOUGBE