Forces armées béninoises : Des états généraux sur la qualité des soins dans les hôpitaux militaires

0
95

L’amélioration de la qualité des soins offerts aux militaires, à leurs familles et aux populations est au cœur des états généraux ouverts le jeudi 18 novembre 2021 sur le service de santé des forces armées béninoises.
Mis en place en 1971 apporter un soutien sanitaire aux personnels militaires et civils du ministère de la défense et à leurs familles, le service de santé des armées fait face à l’obsolescence de ses infrastructures, à une gestion administrative et financière qui n’est pas à la hauteur des attentes. « (…) Il existe un mal profond qui mine le fonctionnement de ce secteur et qui le dévie totalement de la mission qui lui a été confié », a indiqué le Directeur général des services de santé des armées, le Colonel Felix Atadokpede. C’est dans la perspective d’améliorer les services que les états généraux ont été organisés du jeudi 19 au vendredi 20 novembre 2021 à l’infosec de Cotonou. Les participants ont procédé au diagnostic des services, à l’examen des aspects juridiques et institutionnels, à la relecture des textes fondamentaux à la lumière des orientations données par les autorités politico-militaires et autres comme la qualité des ressources humaines et les formations. Les communications présentées aux participants lors des états généraux sont axées, entre autres, sur le leadership en milieu militaire, état des lieux du service de santé des armées, ou la loi 2020-19 et la carrière du personnel militaire de santé. Des recommandations ont été proposées pour l’amélioration des services de santé dans les hôpitaux des forces armées béninoise. A l’ouverture des états généraux, le jeudi dernier, le Contre-Amiral Patrick Jean-Baptiste AHO, Chef d’État-Major Général des Forces Armées Béninoises, représentant le ministre de la défense empêché, a invité les participants à la sincérité dans les débats, l’absence de passion dans les débats et la neutralité dans les solutions proposées. Il a exhorté les participants à travers l’allégorie de la jarre trouée du roi Ghézo à considérer le service de santé des armées comme un « bien commun » dont l’amélioration nécessite leur appui. 
M. M.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here