« L’extrême pauvreté s’intensifie en Afrique subsaharienne », affirme Oxfam dans son dernier rapport

0
210

Dans son rapport, Oxfam insiste sur les inégalités à l’échelle planétaire. Celles-ci se traduisent dans les chiffres. La richesse des milliardaires dans le monde a augmenté de 900 milliards en 2018, soit au rythme de 2,5 milliards par jour, alors que celle de la moitié la plus pauvre de la population de la planète a chuté de 11%, explique l’ONG.

En Afrique, le recul de la pauvreté a été un des grands objectifs des organisations internationales. « Le recul conséquent du nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté (soit avec 1,90 dollar par personne et par jour, selon la Banque mondiale) constitue l’une des plus grandes avancées de ces dernières décennies« , se félicite Oxfam qui tempère cet enthousiasme en notant que « de nouvelles données de la Banque mondiale montrent que le taux de réduction de la pauvreté a été divisé par deux depuis 2013. L’extrême pauvreté s’intensifie en Afrique subsaharienne« .  

Dans son rapport, Oxfam insiste sur l’importance de la fiscalité pour corriger les inégalités. « Les fortunes des super-riches atteignent des niveaux record. En taxant plus équitablement les richesses, il serait possible de collecter suffisamment de recettes pour s’assurer que chaque enfant est scolarisé et que personne ne tombe dans la pauvreté à cause de frais médicaux trop coûteux », affirme Oxfam.

Au Kenya, un garçon d’une famille riche a une chance sur trois de poursuivre ses études au-delà du cycle secondaire, contre une chance sur 250 pour une fille issue d’une famille pauvre

Oxfam

« Rien qu’en Afrique, jusqu’à 30% de la fortune privée peut être détenue à l’étranger, privant les Etats africains de 15 milliards de dollars de recettes fiscales« , estime Oxfam pour qui  « avec l’aide de véritables armées de conseillers et conseillères en fiscalité, les multinationales exploitent les moindres failles des codes fiscaux pour transférer les bénéfices vers des paradis fiscaux et échapper à l’impôt, engendrant un manque à gagner estimé à 100 milliards de dollars pour les pays en développement. » 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici