Mise en œuvre du projet Asphaltage: Un taux d’avancement physique global de 56 %

0
200

Réuni en Conseil des ministres ce mercredi 27 novembre 2019, le gouvernement a procédé au compte rendu de l’état d’avancement du projet d’aménagement des voiries primaires, secondaires et tertiaires (projet Asphaltage). Il est noté un taux d’avancement physique global de 56 % pour un niveau de décaissement de 36,61 %.

Pour le bonheur des différentes localités, l’Etat béninois a lancé la première phase du projet Asphaltage, qui prend en compte 195 km de voiries dans l’ensemble des neuf villes que sont : Abomey, Abomey-Calavi, Bohicon, Cotonou, Lokossa, Natitingou, Parakou, Porto-Novo et Sèmè-Podji.
Les travaux sont répartis en douze lots de voirie/assainissement et le coût global de cette première phase s’élève à ‹‹ deux cent quarante-six milliards six cent quatre-vingt-dix millions huit cent cinquante-trois mille deux cent trente et un (246.690.853.231) FCFA hors taxes ». Le coût comprend les travaux, deux lots d’éclairage public solaire, un lot d’équipements de sécurité, dix lots d’aménagement d’espace vert et de plantation d’arbres ainsi qu’un lot de mobiliers urbains.
Selon le compte rendu du Conseil des ministres, « à la date du 31 octobre 2019, ces douze lots de voirie/assainissement suscités affichent un taux d’avancement physique global de 56 % pour un niveau de décaissement de 36,61 % ».
« Le mécanisme de suivi permanent mis en place pour s’assurer de la bonne exécution des chantiers, a permis de procéder aux corrections au fur et à mesure qu’elles apparaissent nécessaires », indique le Conseil.
Le ministre du Cadre de Vie et du Développement durable est instruit à l’effet de ‹‹ veiller à l’application rigoureuse des consignes d’ Hygiène-Sécurité-Environnement (HSE) notamment par les entreprises qui s’en écartent ». Ceci afin « de mettre fin aux nuisances qu’elles causent aux riverains dont certains connaissent de réelles perturbations dans leurs activités économiques ».
Le ministre fera aussi procéder « à la suspension des chantiers sur les lots concernés et fera, au besoin, usage de mesures coercitives pouvant aller jusqu’à la résiliation des contrats et la mise en régie des travaux desdits lots ».
Selon le Conseil des ministres, « une attention particulière devra être accordée aux lots 1A à Cotonou, 15 A à Porto-Novo et 17A à Sèmè-Podji ».

A.A.A

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici