Processus électoral au Bénin : Aucun favoritisme à la CENA

0
63

Depuis la publication des partis politiques dont les dossiers de candidature ont été validés par la CENA, des voix se lèvent pour dénoncer un soi-disant favoritisme et pour mettre en doute la crédibilité de l’institution. La conférence de presse donnée le mercredi dernier par le président de la CENA et celle donnée par les dirigeants du parti Union Progressiste (UP), l’un des deux blocs en lice, a tout clarifié et dissout la polémique autour d’un probable favoritisme au sein de l’institution en charge des élections en république du Bénin.

Au cours de leur conférence de presse, les membres de L’UP ont expliqué à l’opinion publique comment ils se sont pris pour échapper au sort subi par les autres partis. Aux dires des conférenciers, les membres fondateurs de l’Union Progressiste ont bien enregistré le parti conformément à la loi 2018-23 du 17 septembre 2018, portant Charte des Partis en République du Bénin. À la fin du processus, ils ont bénéficié du récépissé provisoire de reconnaissance d’existence administrative du ministère de l’intérieur le 20 février 2019 et le récépissé définitif le 26 février 2019 .

Les conférenciers ont ensuite expliqué qu’ils ont même procédé à la sélection de leurs candidats avec une rigueur inhabituelle afin de ne pas voir leur dossier rejeté. De son côté le président de la CENA, Emmanuel Tiando dans sa conférence de presse de clarification à fait savoir qu’au dépouillement des dossiers de déclaration de candidature, qu’aucun des 7 partis ayant déposé leur dossier n’était exempt d’erreur. Mais seulement, il y a eu des erreurs communes à tous les dossiers et sur lesquelles, la Commission a fermé les yeux dès lors que cela ne participe pas à la violation de la loi électorale en vigueur. Il a ensuite reconnu les dossiers rejetés l’ont été parce que des irrégularités assez flagrantes y étaient.

Jandel Etienne GLESSOUGBE

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici