Projet OCRI : 35 millions de dollars au profit de petits exploitants du Bénin

0
75

La FAO, le Fonds Vert pour le Climat et le Bénin ont signé, ce jeudi 21 juillet 2022, l’Accord de financement du Projet OCRI (Initiative pour la Résilience Climatique du bassin de l’Ouémé).
35 millions de dollars dont 18 millions de dollars US du Fonds Vert pour le Climat, c’est le montant global du financement accordé au Bénin par la FAO et le Fonds Vert dans le cadre du Projet OCRI (Initiative pour la Résilience Climatique du bassin de l’Ouémé).
Le ministre béninois du Cadre de Vie et du Développement Durable José Tonato a procédé, jeudi 21 juillet 2022, à la signature de l’Accord de financement du projet qui couvre les communes de Zogbodomè, Zangnanado, Glazoué, Djougou et Copargo pour une durée de six (06) ans.
Au nom des communautés vulnérables des cinq communes bénéficiaires du projet, le ministre a remercié tous ceux qui ont contribué à l’aboutissement du processus. Il n’a pas manqué de rappeler les défis face auxquels le projet avait été initié.

« L’initiative OCRI à terme permettra : d’améliorer la production agricole à travers des technologies à faible émission de carbone et résiliente au changement climatique en restaurant les services écosystémiques dans le Haut et le Moyen Ouémé ; d’augmenter la résilience des agriculteurs et des systèmes agricoles dans le Haut et le Moyen Ouémé par la promotion des chaînes de valeur soutenant leurs moyens de subsistance ; d’améliorer l’environnement institutionnel et financier en vue de promouvoir la gestion des terres et de l’eau à faible émission de carbone et résiliente au changement climatique dans les principaux bassins du territoire », a expliqué José Tonato.
A en croire le ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, la mise en œuvre du Projet OCRI (Initiative pour la Résilience Climatique du bassin de l’Ouémé) « permettra de réduire la vulnérabilité de 330 000 petits exploitants agricoles et d’environ 95 000 ha d’écosystème exposés aux perturbations, aux effets des changements climatiques et aux évènements météorologiques extrêmes dans le Haut et Moyen bassins de l’Ouémé ».
M. M.