Protection du littoral : Tonato invite l’Afrique de l’Ouest et du Centre à lutter contre l’érosion côtière

0
178

A l’occasion de la revue à mi parcours du Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP) vendredi 15 juillet dernier, le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Tonato a invité les pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre à lutter efficacement contre l’érosion côtière. L’objectif selon le ministre, est de préserver le littoral ouest-africain au profit des générations futures.

L’érosion côtière n’a pas de frontières, et doit faire la préoccupation de tous les pays côtiers de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Ces pays selon le ministre du cadre de vie et du développement durable, doivent engager une lutte efficace contre le phénomène. Et cela, à travers leur adhésion au projet WACA ResIP. « J’invite tous les pays côtiers des sous-régions ouest-africaine et centrale à adhérer au projet WACA ResIP en vue d’une mobilisation contre l’érosion côtière dans le but de préserver le littoral ouest-africain au profit des générations futures », a-t-il exhorté.
José Tonato a salué la Gambie, le Ghana et la Guiné- Bissau qui ont marqué leur adhésion au Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest aux côtés des six pays membres à savoir, le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, le Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal et le Togo.
Le projet WACA ResIP est le fruit de conventions de financement de 221,70 millions de dollars, entre la Banque mondiale et ses partenaires. Il vise à promouvoir diverses mesures de lutte contre l’érosion côtière.
Selon la Banque mondiale, la dégradation des zones côtières coûterait au total 3,8 milliards de dollars par an au Bénin, à la Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Togo, soit l’équivalent de 5,3% de leur PIB.
Au-delà du coût économique, la dégradation du littoral ouest-africain brise des vies et détruit les moyens de substances de millions de personnes, informe une étude de l’institution financière.
L’adhésion de la Gambie, du Ghana et de la Guiné- Bissau porte à neuf, le nombre de pays ayant adhéré au projet WACA ResIP.

F. A. A.