Depuis 2019, le gouvernement a suspendu la prise en charge des nouveaux malades d’insuffisance rénale chronique non agents de l’Etat. Sur l’émission ‘’Le Grand débat’’ » de Capp FM, le jeudi 21 avril dernier, les responsables de l’Association Dialyse-Vie du Bénin plaident pour une réinstauration de la prise en charge gratuite de tous les dialysés.

Le gouvernement du Président Patrice Talon a suspendu depuis plusieurs années la prise en charge des personnes souffrant d’insuffisance rénale. « Nous on a eu la chance, on a eu déjà la prise en charge. Mais les nouveaux patients, surtout ceux qui ne sont pas agents Permanents de l’Etat, c’est très compliqué de trouver les 160.000 FCFA la semaine, juste pour les soins sans oublier les médicaments, les analyses et tout le reste », a affirmé vice-présidente de l’Association Dialyse-vie du Bénin.

Le Kit pour le traitement est à 80.000 FCFA par séance. Il faut faire l’opération deux fois par semaine. « Il y a en a qui ne font même pas deux mois parce qu’ils n’ont pas les moyens. On les voit mourir, impuissants, et on n’y peut rien. C’est vraiment triste », déplore Maryam Kpoton.

Le Président de l’Association Dialyse-vie du Bénin, Edmond Amoussou note une discrimination dans le rang des dialysés du Bénin. « Qu’est-ce qui se passe ? Ne sommes-nous pas des Béninois pour qu’une partie soit prise en charge et l’autre laisser sur le carreau ? », se questionne-t-il.

L’Association Dialyse-vie du Bénin n’a pas cessé de mener des démarches pour la réinstauration de la prise en charge gratuite des dialysés. « Nous avions rencontré le président de l’Assemblée Nationale. Nous avions rencontré le médiateur de la République. Nous avions saisi le ministre de la santé Benjamin Hounkpatin, par plusieurs lettres. Au début, il nous recevait mais après non », fait savoir le Président de l’Association Dialyse-vie du Bénin.

La prise en charge des dialysés avait été suspendue par le gouvernement en raison d’une mauvaise gestion. Pour Edmond Amoussou « on ne peut pas à cause de la mauvaise gestion d’un individu laisser des gens mourir. On peut continuer les audits, punir les coupables et pendant ce temps le processus suit son cours ». Le président de l’Association Dialyse-vie du Bénin invite le chef de l’Etat Patrice Talon à venir en aide aux dialysés.

A.Ayosso