Sécurité : Le mode opératoire des braqueurs tués à Cotonou

0
147
Le porte-parole de la Police Républicaine, Roger Tawès, a apporté, vendredi 10 septembre 2021, des précisions sur l’opération sécuritaire menée mercredi dernier dans le 5è arrondissement de Cotonou.
Les braquages enregistrés ces derniers temps dans la ville de Cotonou sont l’oeuvre d’un « réseau composé de gens très mobiles ». « Positionnés par binôme à des points stratégiques », ces hors-la-loi opèrent « près des structures financières », a expliqué le commissaire principal de police Roger Tawès, ce vendredi, lors d’un point de presse.
A en croire le porte-parole de la Police Républicaine, les braqueurs se font passer même pour des clients de ces structures financières afin de mieux surveiller leurs victimes.
Informée du mode opératoire des bandits, la police a déployé une équipe de surveillance active de jour comme de nuit. Ainsi, le mercredi 08 septembre 2021, des renseignements parvenus aux agents de police indiquaient que le réseau s’apprêtait à attaquer. Deux braqueurs ont été même aperçus dans la zone de Bethel à Guinkomey surveillant la rue menant à une banque.
Le commissaire principal de police Roger Tawès explique que la zone a été immédiatement bloquée par les forces de sécurité.
Les braqueurs ouvre le feu.
Les fonctionnaires de police ont lancé un assaut qui a duré 3 heures de temps. Malheureusement, un agent de police a été blessé au cours de l’opération et a succombé de ses blessures.
« La Police Républicaine présente ses condoléances à la famille du camarade qui est tombé au combat », a indiqué le porte-parole de la Police Républicaine.
Concernant le point de l’opération, M. Tawès précise que 10 braqueurs ont été abattus, des matériels de guerre et un sac d’amulettes ont été saisis.
Deux (02) des braqueurs ont réussi à s’échapper.
La collaboration des populations a permis la réussite de l’opération, selon le commissaire principal de police Roger Tawès.
Le porte-parole des forces de sécurité invite les populations à fournir des renseignements à la police.
M. M.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here