Si GBAGBO rentre en Côte d’Ivoire, «la justice avisera»

0
360

Si l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, condamné par contumace par la cour d’assises d’Abidjan à 20 ans de prison dans l’affaire de « pillage » de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), « est en Côte d’Ivoire, la justice avisera », a dit mercredi le ministre ivoirien de la Justice et des droits de l’homme, Sansan Kambilé.

« Concernant M. Laurent Gbagbo, je vous dirai que depuis 2011, de nombreuses procédures ont été engagées contre plusieurs personnes (après la crise post-électorale). Le moment venu, s’il est en Côte d’Ivoire, la justice avisera », a déclaré à la presse M. Kambilé à l’issue d’un Conseil des ministres. 

Sur la question du retour de M. Gbagbo en Côte d’Ivoire, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, a affirmé que « la décision lui appartient », ajoutant ne pas avoir de « commentaires particuliers » à faire sur cette poursuite.

« Le fait qu’il rentre à Abidjan, la décision lui appartient, pour le reste nous n’avons pas de commentaires », a insisté le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, par ailleurs ministre de la Communication et des médias. 

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont décidé mardi à la majorité de l’acquittement de MM. Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé, estimant que le procureur n’a « pas présenté d’éléments suffisants pour prouver le bien-fondé de l’affaire au-delà de tout doute raisonnable ». 

Cette décision de la Chambre préliminaire I de la CPI en faveur de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé intervient à la suite d’une requête de la défense, le 23 juillet 2018, demandant l’acquittement et la libération immédiate.

Simone Gbagbo, son épouse, se dit « dans la joie » et « attend le plus rapidement possible » qu’il rentre en Côte d’Ivoire après son acquittement par les juges de la Cour pénale internationale (CPI). Ses partisans en Côte d’Ivoire ont jubilé à l’annonce du verdict de la juridiction pénale internationale.

Les deux accusés étaient poursuivis pour crimes contre l’humanité perpétrés lors des violences postélectorales ivoiriennes de 2010-2011, ayant fait plus 3 000 morts dans le pays. Pour Amnesty International, cette décision va créer « une vive déception pour les victimes ».

Mercredi, la Cour pénale internationale a rejeté la demande de maintien de MM. Gbagbo et Blé Goudé, qui sont définitivement acquittés. 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici